Dalberg travaille aux côtés du gouvernement gambien pour définir de nouvelles lignes directrices relatives aux capacités de gestion des urgences de santé publique. Objectif : faire face à la crise sanitaire actuelle et mieux préparer le pays à l’avenir.

En période de crise, les Centres d’opérations d’urgence de santé publique (COUSP) permettent de sauver des vies et réduire les pertes socio-économiques. La Fondation Rockefeller a accordé une subvention à Dalberg pour soutenir les efforts des COUSP dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest : la Gambie, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Dans le contexte de la Covid-19 et face aux futures urgences de santé publique, Dalberg collabore étroitement avec les gouvernements de la sous-région pour renforcer la coordination de la prévention et de la détection des infections.

Données cartographiques ©2021 Google

Covid-19 en Gambie : Vue d’ensemble

Située en Afrique de l’Ouest, la Gambie compte 2,4 millions d’habitants. Pendant l’épidémie d’Ebola qui a sévit dans la région de 2013 à 2016, le pays a mis en place des structures de gestion des urgences de santé publique pour lutter efficacement contre la maladie.

Dès l’apparition de la Covid-19, la Gambie a réactivé plusieurs des structures datant de la période Ebola. Les autorités ont mis en place un système de dépistage de la Covid-19 à l’aéroport international de Banjul et instauré une période d’auto-quarantaine de 14 jours pour les voyageurs internationaux entrants, avant de fermer les frontières aériennes, maritimes et terrestres. Face à l’ampleur de la pandémie, le pays a dû fermer les écoles et interdire les rassemblements publics afin de limiter la propagation du virus.

Depuis le début de la pandémie, la Gambie a enregistré au total 9073 cas confirmés de Covid-19 et 263 décès.

Le rôle essentiel des centres d’opérations d’urgence en santé publique (COUSP)

Un COUSP est une unité centrale de commandement conçue pour coordonner les informations et les ressources opérationnelles liées à la gestion stratégique des urgences sanitaires.1 La Gambie a mis en place son premier COUSP en 2016 à la suite de l’apparition de la maladie à virus Ebola. En 2020, la réponse gambienne à la Covid-19 a été pilotée par l’agence des opérations d’urgence multirisques (National Disaster Management Agency – NDMA), sous la direction de laquelle le COUSP gambien a géré les dimensions de santé publique de la réponse. Bien qu’il n’en soit qu’à ses débuts, le COUSP gambien a joué un rôle essentiel dans la coordination de la riposte à la Covid-19. Il a notamment travaillé sur l’évaluation des risques et diagnostics, la planification de la riposte et son suivi.

Le COUSP gambien souffre cependant de certaines limites opérationnelles qui pourraient en compromettre l’efficacité, particulièrement dans le contexte d’une crise à gérer sur le long terme.

Afin de relever ce défi et de consolider la réponse à la crise sanitaire actuelle, les dirigeants gambiens ont choisi de collaborer avec Dalberg Advisors et de mettre à contribution le COUSP pour développer leurs capacités en matière de gestion des urgences sanitaires.

Mettre en place des institutions efficaces pour soutenir les systèmes d’intervention d’urgence

La Gambie a récemment connu une importante transition politique (2016-2017) et a commencé à mettre en œuvre un certain nombre d’initiatives et de réformes. De nombreuses institutions du pays ont été affectées par des années de régime autoritaire, ce qui a ralenti leur développement. Aujourd’hui, la situation est différente : la jeune démocratie reconstruit ses institutions et affiche une volonté claire de renforcer ses entités démocratiques.

Le renforcement de capacités du COUSP gambien fait partie des réformes engagées par la Gambie et bénéficie de l’adhésion forte des dirigeants du pays pour une meilleure coordination des activités de riposte. Grâce à l’appui de Dalberg Advisors, le gouvernement a organisé une série d’ateliers pour rapprocher les différents acteurs impliqués dans le COUSP gambien. L’objectif de ces ateliers est de créer un consensus entre toutes les parties prenantes de la gestion de la réponse aux urgences pour établir un plan d’action visant à préserver la santé des Gambiens et à réduire l’impact socio-économique des crises sanitaires. Au cours de ces ateliers, une vision conjointe, des axes stratégiques et des objectifs opérationnels ont été définis et ont servi de feuille de route pour une opérationnalisation effective du COUSP gambien.

Le défi : Garantir une réponse technique adaptée aux crises dans un environnement fortement politisé

La Gambie a déployé d’importants efforts pour éviter toute récupération politique dans les ateliers et dans son approche globale de réponse à la crise. Afin d’assurer l’efficacité et la pérennité de la nouvelle organisation du COUSP gambien, le pays a pris des mesures strictes visant à limiter la création d’organes intérimaires ad hoc, qui ne disposent souvent pas des compétences nécessaires pour diriger la riposte. Ces mesures – mises en place dans un contexte de renforcement global des instruments démocratiques de la Gambie – prouvent qu’il est nécessaire pour le pays de développer des outils institutionnels nouveaux. En outre, grâce aux travaux d’opérationnalisation du COUSP, il est aujourd’hui possible pour ses équipes d’inventer, de concevoir et de proposer des solutions innovantes pour faire face efficacement à des situations de crise telles que la pandémie de Covid-19.

Des organisations telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les Centres Africains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC Afrique) ainsi que des acteurs de premier plan comme les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) ont déjà effectué un travail considérable en matière de gestion des urgences de santé publique. La Gambie peut donc s’appuyer sur les travaux d’autres institutions pour mettre en place des mécanismes de gestion de crise efficaces et adaptés au contexte culturel, social et économique gambien.

Les solutions adaptées à l’Europe, à l’Asie, aux États-Unis ou même à d’autres pays africains peuvent ne pas être les plus appropriées pour la Gambie. Le COUSP gambien s’inspire néanmoins de ces modèles de gestion d’urgences de santé publique, tout en s’assurant de prendre en compte les aspects institutionnels et culturels spécifiques au contexte local. Dans la gestion des crises sanitaires le partage d’expérience entre régions est clé.

1 WHO, Public Health Emergency Operations Centre Network (EOC-NET)

Dalberg uses cookies and related technologies to improve the way the site functions. A cookie is a text file that is stored on your device. We use these text files for functionality such as to analyze our traffic or to personalize content. You can easily control how we use cookies on your device by adjusting the settings below, and you may also change those settings at any time by visiting our privacy policy page.

i agree